On leur impose des programmes de plus en plus liberticides. Ils sont forcés de remplir des grilles d’évaluation qu’ils estiment absurdes et énergivores. Le Pacte d’excellence ? Ils s’en méfient comme de la peste. Passionnés mais à bout de souffle, certains profs de français du secondaire ont choisi, face à la pluie de normes qui leur tombe dessus, la rébellion douce. Le programme et surtout la méthode, ils en font ce qu’ils en veulent. Ce qui n’atténue pas leur inquiétude pour l’avenir de leur métier : si ça continue, préviennent-ils, les salles de profs seront remplies de bons petits soldats.

 

Auteur : Quentin Jardon
Photographe : Julien de Wilde
Rubrique : dossier
Retrouvez Cet Article dans le numéro 8

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.