L’école Al Ghazali, à Etterbeek, est la plus ancienne école islamique de Belgique. Ses 290 élèves de maternelle et primaire suivent le programme de la Fédération Wallonie-Bruxelles tout en bénéficiant d’un éveil spirituel centré sur l’Islam et le Coran. Les parents, en recherche d’une école qui leur ressemble, jouent des coudes pour obtenir une place. D’autres établissements religieux d’un type nouveau sont dans les cartons, s’ils n’ont pas simplement déjà ouvert. Le système belge fondé sur la liberté d’enseigner risque-t-il d’aggraver les fractures de notre société ?

 

Auteur : Grégoire Comhaire
Illustrateur : Célia Callois-Benoit
Rubrique : dossier
Retrouvez Cet Article dans le numéro 8

Making Of

« Envoyez-moi un email »

Ca a commencé autour d’une bière, dans un bar près de Flagey. Quentin et Catherine, le rédac-chef et la rédac-chef adjointe de 24h01, un dossier sur « l’Ecole autrement », un reportage sur une école religieuse… Facile, pourrait-on croire ! Facile ou casse-gueule en fait. Mon intuition me tirait plutôt vers la deuxième solution, je ne me suis pas trompé !

Il faut dire que notre métier n’est plus le même qu’avant. Il y a dix ans, où que l’on appelait dans le cadre du travail, les simples mots « Bonjour, je suis journaliste, j’aimerais vous interviewer pour un reportage » garantissait presque toujours un accueil enthousiaste de la part votre interlocuteur. L’homme occupé dégageait un créneau disponible dans son agenda chargé. Les portes s’ouvraient facilement, même les plus inacessibles.

Il faut dire que chacun aime avoir son quart d’heure de gloire dans les pages du journal. Tous les journalistes connaissent d’ailleurs cette petite question que pose inlassablement l’interviewé avant de prendre congé : « ça passe quand ? »

Mais ça c’était avant ! Car désormais les codes ont changé. En cette ère de méfiance générale, où internet règne sans partage sur les consciences, la presse est devenue une pestiférée dont il vaut mieux se tenir à l’écart ! La petite phrase, « Bonjour je suis journaliste » a cessé d’ouvrir les portes. Aujourd’hui, elle suscite immédiatement malaise et suspiction, surtout lorsqu’on aborde certaines thématiques. L’addition Ecole + Religion ne risquait pas d’adoucir le climat ambiant.

Mais la politesse, elle, ne se perd pas. Aussi, pour se débarrasser d’un journaliste insistant, rien ne sert d’utiliser l’insulte ou la menace. Pas besoin de raccrocher au nez, ni même de répondre « non, ça ne m’intéresse pas ». Pour se dérober avec finesse, rien de tel que le bon vieux « Envoyez moi un email » qui permet de faire croire qu’on est ouvert à la demande, tout en envoyant balader la vilaine sangsue au téléphone, ce suppot du système qui ose s’intéresser à notre école, comme si les lecteurs de 24h01 avaient envie d’ un autre regard sur le monde que celui que déverse la télé à longueur de journée !

Ca a commencé par la Brussels International Catholic School. Près d’un mois avant la deadline, le chanoine William Hudson, avec son inimitable accent british, avait immédiatement accepté notre demande de reportage, tout en nous demandant de lui envoyer un email pour qu’il fasse suivre aux personnes concernées.

Un email et douze coups de téléphone plus tard, nous n’avions toujours pas de rendez-vous. Les lecteurs de 24h01 allaient-ils avoir le privilège de passer la porte de cette école très sélec ? Auraient-ils la possibilité de vérifier cette accusation selon laquelleon refuse d’y enseigner la théorie de l’évolution ? Non. Après un deuxième email, d’initiative celui-là, une secrétaire finit par nous répondre que la « BICS » avait pour habitude d’observer une certaine discrétion avec les médias. Une réponse honnête au premier coup de téléphone nous aurait évité de perdre notre temps. Malheureusement pour eux, nous en resterons donc à nos préjugés.

Pendant ce temps, 24h01 essayait de franchir d’autres portes. Au collège protestant des Tournesols, à Anderlecht, on nous demanda également d’envoyer un email pour préciser notre demande. La réponse ici, fut beaucoup plus rapide. C’était « non » 48h plus tard. L’agenda chargé de la fin d’année fût le prétexte invoqué. Peut-être était-ce vrai, même si cela ressemble furieusement au « Désolé, il est en réunion » que les journalistes sont, là-aussi habitués à entendre.

La date du bouclage approchait, et nous n’avions toujours aucun reportage. A l’ECIB, le pouvoir organisateur des quatre écoles musulmanes bruxelloises, on nous demanda une fois encore d’envoyer un email ! Il serait soumis à tous les membres du conseil d’administration qui statuerait à l’unanimité sur notre demande de reportage. Rien que ça !

Ici, la réponse ne vint jamais. Il fallut rappeler plusieurs fois sur le GSM de l’un des administrateurs pour s’entendre signifier officiellement le refus auquel on s’attendait depuis le début. Il fallut un autre coup de fil – de la dernière chance celui-là – à un autre administrateur, pour débloquer la situation. Celui-là ne nous invita pas à lui envoyer un email. Et le lendemain, la bonne nouvelle arriva : nous étions attendu à l’école Al Ghazali d’Etterbeek ! Le directeur, Gregory Ramis, nous y reçut de manière cordiale et chaleureuse, en nous proposant plusieurs fois de tester sa machine à café !

C’est ainsi que le reportage put avoir lieu. Désormais, nous ne raccrocherons plus jamais un téléphone lorsqu’on nous proposera de passer à l’email !

Grégoire Comhaire

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.