Nous

C’est un pari osé par les temps qui courent!

Les librairies regorgent de titres à l’espérance de vie éphémère alors que, ces dernières années, le rythme de l’information s’est fait toujours plus vertigineux avec l’apparition de la presse en ligne, des réseaux sociaux et du micro-blogging.

Ces nouveaux médias ont participé à installer une frénésie telle que le lecteur a de plus en plus le sentiment d’être moins informé alors que jamais de toute l’histoire humaine autant d’information ne s’est échangée.

Cette revue qui manque tant au paysage de la presse belge, veut ralentir le rythme, rouvrir calmement les yeux sur le monde, se donner le temps, s’offrir de l’espace. Et par là aider le lecteur à reprendre son souffle.

Néanmoins, sa part d’originalité, nous voulons la tenir d’un certain caractère belge, et cela par des temps qui voudraient mettre à mal cette identité : un petit pays dans le monde, fragile et multilingue, traversé de pleins d’influences car se traversant en trois heures de voiture. Une revue qui n’a donc pas froid aux yeux en se permettant d’être inactuelle.

Indépendance et esprit critique

Nous pensons que l’indépendance et l’esprit critique sont les fondements même du journalisme. Dans une société, les journalistes sont les garants d’un regard indépendant sur la marche du monde.

De son côté, afin de se libérer de toute pression que les annonceurs pourraient faire peser sur la ligne éditoriale de notre revue, celle-ci n’y accueillera aucune forme de publicité que ce soit.

La revue n’exclura pas non plus le point de vue mais se refusera à toute opinion de nature partisane car nous voulons laisser au lecteur l’espace nécessaire pour fonder sa propre opinion, et non le prendre en otage d’une opinion forcément partiale.

Un regard d’auteur, à travers diverses formes d’expression

Nous travaillons avec des journalistes qui ont la volonté de contribuer à la recherche de la qualité du journalisme en offrant aux lecteurs leur vocation, leur talent, leur créativité, leur leadership et leur esprit de service à la société.

Dans sa forme, l’écriture cherche du côté de la littérature, mais sans jamais que le style n’occulte la rigueur des enquêtes et la précision des faits rapportés.

Un regard résolument belge

Les reportages traitent majoritairement de sujets belges (minimum 60%) et visent à répartir les possibilités de participation de journalistes de différents horizons (Flandre, Wallonie, Bruxelles, reste du monde).

La suite du projet : et maintenant ?

Quatre ans après le lancement de 24h01, la revue a tenu ses promesses : elle est devenue trimestrielle en mars 2017 pour proposer du contenu de manière plus régulière avec 150 pages d’un contenu de qualité et quelques pages de publicité redessinée par nos illustrateurs. Après une période de grande difficulté financière à l’été 2017, la revue a pu rebondir grâce aux quelques 79.500 € récoltés en 10 jours, preuve que celle-ci répond aux attentes d’un lectorat en quête d’un projet éditorial innovant et audacieux.

Car si nous sommes arrivés jusqu’ici, c’est bien grâce à nos lecteurs. Mais le pari est encore loin d’être réussi, la revue dépendant en majorité de ses ventes pour survivre. Il n’y a pas mille solutions pour que 24h01 existe : il faut le lire! Abonnez-vous, commandez un numéro ici

De notre côté, nous nous engageons à continuer de vous apporter un regard résolument neuf sur l’actualité en misant sur l’indépendance, l’esprit critique et la qualité. Et ça, ce n’est pas à vendre.

 

Commentaires

commentaires