Basé à Barcelone depuis dix ans, l’écrivain belge Grégoire Polet raconte son automne catalan.

Installé à Barcelone depuis dix ans, l’écrivain belge Grégoire Polet assiste, sur le pas de sa porte, au soulèvement progressif de l’indépendance catalane. C’est sous la forme d’un carnet de notes qu’il retrace tout. La manifestation de 2012 et les boîtes à pique-nique, la bulle immobilière, l’arrivée d’un philologue et d’un chanteur à textes à la tête de la Catalogne, les 700 maires poursuivis en justice, le triste dimanche d’octobre, les urnes qu’on se passe sous le manteau. Et le sens du jusqu’au-boutisme dont les Catalans s’enorgueillissent depuis des siècles. Ce qui ne présage rien de bon.

Auteur : Grégoire Polet
Photographies : Éric Bouvet et Matthias Oesterle
Rubrique : Temps fort
Retrouvez Cet Article dans le numéro 9

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.