Ce sont des oiseaux de nuit qui caressent leurs platines jusqu’aux petites heures. Souvent dans un état de transe, sous l’effet du speed et de l’ecstasy, pour vivre un « voyage dans de nouveaux champs de conscience ». La journée, ils touchent le chômage ou se contentent de petits boulots. Se disent débordés. Mangent local et bio. Surtout, ces DJs belges militent pour leur passion : la techno, un genre qui entretient un lien particulier avec notre pays. Ça se passe à Bruxelles au milieu d’un bois glacial, ça se termine bien après le lever du soleil qui éblouit les artistes.

Auteur : Maria Udrescu

Illustrateur : Alaïs Raslain

Rubrique : D’ici

Retrouvez Cet Article dans le numéro 7

 

Fond pour le journalismeAvec le soutien du Fonds pour le Journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.