Trois étiquettes collent à la peau de Nabil Ben Yadir: le quartier de Bruxelles dans lequel il a grandi, le pays de ses ancêtres et son premier film. Autant il ne se lasse pas de parler des Barons, autant il aimerait être présenté comme un réalisateur belge, tout simplement, sans origine ou domicile particulier. Pour une fois, parlons de tout sauf de Molenbeek.

Auteur : Catherine Joie
Photographe : Maurine Toussaint
Rubrique : Snacking
Retrouvez Cet Article dans le numéro 8

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.