Il paraît qu’on parle du parc de la Rosée d’Anderlecht jusqu’au Moyen-Orient. Les Doms, population méconnue d’origine nomade, fuient le conflit syrien en espérant trouver refuge autour de cet espace vert d’à peine six ares, dans un quartier qui connaît le deuxième plus haut taux de chômage de Bruxelles. Loin des bombes, la communauté dom s’accroche à sa langue, le domari, comme à une bouée de sauvetage. Reportage au pied des érables, entre oisiveté, bagarres et tentatives de scolarisation.

Auteur : Cédric Vallet

Photographe : Kristof Vadino

Rubrique : D’ici

Retrouvez Cet Article dans le numéro 7

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.