Les explorateurs du XXI e siècle ne partent plus à l’assaut d’une terra incognita, ils s’aventurent là où l’homme a déjà déguerpi : usines abandonnées, hôpitaux désaffectés, parcs d’attractions en ruine… D’un geste artistique, ils veillent souvent à photographier ce que ces lieux désolés leur inspirent. Leur terrain de jeu idéal ? La Belgique, sans conteste. Cette pratique que l’on nomme l’exploration urbaine ou « urbex » est en plein boom depuis l’avènement d’Internet pour le meilleur et pour le pire. Quelques pionniers du genre m’ont emmené, de Charleroi à Berlin, dans leur univers fascinant.

Auteur : Quentin Jardon

Rubrique : D’ici et d’ailleurs

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.