Dévoiler le parcours de son changement de sexe ou rendre hommage à l’érotisme féminin : le jeu Dys4ia, de la créatrice Anna Anthropy, et Luxuria Superbia, des Belges de Tale of Tales, prouvent que la génération Y s’est emparée du jeu vidéo pour l’emmenerailleurs. Également mû par une démarche introspective, Richard Hofmeier pixélise la crise économique états-unienne à travers les yeux de vendeurs de rue débutants. Ryan Green, autre développeur de jeux vidéo alternatifs, parvient même à évoquer avec justesse la maladie de son jeune fils au travers de That Dragon, Cancer. À géométrie variable, l’Art Gaming se positionne en marge de la production classique des jeux vidéo et rassemble des créateurs aux histoires aussi marquantes que celles narrées par Pedro Almodovar ou les frères Dardenne. Non contents de partager des tranches de vie fortes par joystick interposé, ces artistes quittent également les rivages de l’ultra-réalisme graphique. Rencontre avec cinq figures clefs de l’Art Gaming en 2013.

Auteur : Michi-Hiro Tamaï

Illustration : Jangojim

Rubrique : D’ici et D’ailleurs

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.