Loin des enjeux financiers ou politiques, de nombreux Grecs ont décidé de quitter leur pays pour trouver un emploi ou un avenir meilleur, loin de chez eux. Certains arrivent chez nous à Bruxelles, au cœur de la capitale européenne, pour commen­cer une nouvelle vie. Tous ont décidé de partir, faute d’avenir. Ce sont les visages « invisibles » de cette crise grecque qui se vit d’Athènes à Bruxelles.

Auteur : Pierre Jassogne

Illustration : Bertrand Panier (Bert)

Rubrique : D’ici et D’ailleurs

RetrouvezCetArticle

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.