Casablanco n’est pas une entreprise du bâtiment comme les autres. Dans cette famille aux 26 nationalités différentes, les ouvriers acquièrent une réelle expérience professionnelle sur de nombreux chantiers. Par la même occasion, ils deviennent acteurs de changements sociaux en rénovant les quartiers défavorisés de Bruxelles. Qu’ils soient issus de l’immigration ou exclus du marché de l’emploi, les gars de Casablanco ont la niaque, malgré des parcours personnels plutôt singuliers…

Texte et photographies: Jérôme Hubert

Rubrique: D’ici

RetrouvezCetArticle4

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.