Le démantèlement naval dans les chantiers d’Alang en Inde et de Chittagong au Bangladesh a déjà fait couler beaucoup d’encre. La majeure partie de la flotte mondiale est recyclée sur ces plages infâmes. Pétroliers, liners, dragues, cargos, navires-citernes, paquebots, ainsi qu’une multitude d’autres navires qui dépassent souvent les deux cents mètres de long, traversent les mers pour y être désossés. Les conditions de travail des ouvriers indiens et bangladais y sont épouvantables. Exposés à de nombreuses substances chimiques nocives et travaillant sans aucune protection, ces forçats de la tôle risquent leur vie à court et à moyen terme. Malgré cette réalité dénoncée au grand jour, les grandes compagnies maritimes s’obstinent à envoyer leurs taudis flottants à Alang et Chittagong. Il existe pourtant des alternatives : c’est le cas du chantier de Van Heyghen Recycling, situé à cinq kilomètres du centre de Gand.

Auteur : Skan Triki

Photographe : Christophe Licoppe

Rubrique : D’ici

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.