Mons, parfois dans le passé belle endormie littéraire s’est d’abord éveillée en 2015 par une phrase poétique de 10 kilomètres dans ses rues, faisant de la cité un livre ouvert. La lecture doit redevenir vagabonde. Un texte ramassé comme un caillou, emporté partout, à portée du regard. D’avril à septembre, cet esprit fut aussi celui de la Guinguette littéraire, un lieu de partage et d’échanges abrité par la Maison Losseau, à deux pas de la Grand-Place. Sortir le mot « littérature » devenu cloison à force de préciosité : voilà l’objectif. Concerts juste un peu plugged, attentat dialectal, écrivains sans d’autre actualité que leur chemin au long cours, évitement de nombrilistes autofictionnels, petits brols d’écriture et grands destins européens, il y avait de tout. En voici quelques étincelles et refrains entêtants.

Texte de Carl Norac

Illustrations de Kitty Crowther

Rubrique: Mons en quête de renaissance

Retrouvez cet article dans le numéro Hors-série Mons 2015

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.