Le 20 juillet tirait à sa fin. Pas de drache au programme du lendemain mais c’était un détail : la fête nationale n’allait de toute façon ressembler à rien de connu, et il y aurait de quoi s’occuper par ailleurs. En attendant, au château deLaeken, calme plat. On aurait pu croire que tout le monde s’était enfin endormi dans les appartements privés du premier étage. Il n’en était rien.

Texte d’Ariane Le Fort

Illustrations de Laurie Agusti

Rubrique : U-Chronie

RetrouvezCetArticle4

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.