Tout le monde déteste la pub. Personne n’aime voir la tronche de Daniel Craig (au mieux) ou de Jean-Michel Zecca (au pire) vendre les ineffables qualités d’une marque de lunettes brun caca, au moment précis où Horatio Caine va mettre la main sur la trace de doigt coupable. Sans rire. Essayez de trouver un clampin, un seul pingouin bouffeur de séries américaines et de Closer au contenu aussi maigre qu’un cul de mannequin, un seul com­patriote normalement constitué qui se dira favorable à l’interruption de son programme préféré par un écran publicitaire rassemblant non pas 5, non pas 10, mais bien 20 spots. 20 mini-métrages consécutifs prônant d’une voix suave et horriblement artificielle les bienfaits de toutes ces « choses » pour lesquelles on ouvre des magasins, même la nuit. L’oiseau n’existe pas. Tout du moins, je ne l’ai pas encore rencontré.

Auteur : Bertrand Degreef

Illustration : Floriant Huet

Rubrique : D’ici

RetrouvezCetArticle

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.