De son côté, l’animateur français, chargé d’occuper un peu de temps de cerveau disponible avec un concept invariablement « impertinent » et « décalé », est considéré comme une star à traiter avec des égards de haut rang. Dès son premier plateau, il se sent autorisé à maltraiter ses assistants, chargés d’assouvir ses moindres besoins au cours de la journée : achat d’un sandwich, prise d’un rendez-vous chez le dentiste, massage des trapèzes…

Auteur : Auteur : Myriam Leroy

Illustration : Aurélie Lenoir

Rubrique : Belgattitude

 

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.