Deux kilomètres… C’est la distance qui sépare l’Île Verte de la terre ferme. Deux petits kilomètres et pourtant, plusieurs semaines par an, en hiver, cette parcelle de terre québécoise au milieu du Saint-Laurent est presque coupée du reste du monde. Sur l’île, il n’y a ni école ni épicerie. La trentaine de Verdoyants, comme on appelle ceux qui vivent toute l’année sur ce caillou de onze kilomètres carrés, ont appris la patience et l’organisation. Récemment, un tout jeune couple a choisi de s’installer sur l’île, d’adopter ce mode de vie. De quoi attiser la curiosité des plus anciens.

Auteur : Barbara Schaal

Illustration : Julie Joseph

Rubrique : D’ailleurs

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.