Aux États-Unis, après la prison, les délinquants sexuels n’ont pas fini de payer leur dette à la société. Dans certains États, ils doivent vivre à l’écart des lieux où se trouvent des enfants. Un panneau détaillant leur crime est placé devant leur domicile et leurs dossiers judiciaires sont en libre accès sur Internet. La Floride est l’un de ceux qui appliquent les lois les plus strictes. Pour respecter ces conditions de libération, des délinquants sexuels ont choisi de vivre ensemble dans un village isolé, rebaptisé Miracle Village, perdu au milieu des champs de canne à sucre. La justice belge, pour sa part, assure un anonymat plus confortable aux auteurs d’infraction à caractère sexuel. Depuis l’affaire Dutroux, des centres d’appui ont vu le jour et des psychologues, psychiatres et sexologues sont chargés d’évaluer leur projet de réinsertion.

Auteur : Gilles Clarenne

Photographie: Melissa Lyttle

Rubrique : Dossier Prisons

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.