Le risque zéro n’existe pas. Dans le contexte global actuel, l’expression s’apparente même à une bonne farce. Et pourtant… Le dispositif de sécurité déployé dans le cadre de Mons 2015 n’a montré que peu de failles, sinon aucune. Nous l’avons observé de près, de la fête d’ouverture, deux semaines après le massacre à « Charlie Hebdo », au bal de clôture, un mois après les attentats de Paris. Plongée dans les cuisines d’un système qui s’est voulu irréprochable.

Texte de Pierre Paulus

Photographies de Sébastien Van Malleghem

Rubrique: Mons en quête de renaissance

Retrouvez cet article dans le numéro Hors-série Mons 2015

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.