En Belgique, les catcheurs sont pour la plupart semiprofessionnels. S’ils rêvent de gloire, la réalité, en revanche, est tout autre. Entre spectacle et sport intensif, dramaturgie chorégraphiée et improvisation théâtrale, le catch belge tente de trouver ses marques et son public. Un public souvent clairsemé, une maigre et poussés à donner le meilleur d’eux-mêmes, les catcheuses et les catcheurs de la BCWF n’imagineraient pourtant pas une seconde faire autre chose.

Auteur :  Gilles Bechet

Illustration : Simon Vansteenwinkel

Rubrique : D’ici

 

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.