Interview d’Eric Delayen à propos de ses illustrations

Eric Delayen, illustrateur, a été interviewé sur la signification des illustrations réalisées pour l’article (Rebouteux, le temps à rebours ?)  écrit par Philippe Meurisse. Cette interview a été conduite par Victoria Boubolis dans le cadre de son travail de fin d’études à la Haute Ecole de la Province de Liège.

Rebouteux - Analyse des illustrations de Eric Delayen

« Ce métier de rebouteux se travaille beaucoup avec les mains,la position de celles-ci et la proximité qu’elles entretiennent avec le corps » explique Eric Delayen.

Rebouteux - analyse des illustrations de Eric Delayen.

Eric Delayen.«  Ici même sont donc représentées les mains, le jus de citronévoqué dans le texte avec une forme d’oeil au centre, cet oeil parce que Clément, personnage du texte, « regarde intensément le verre », comme le dit l’auteur. Il a également la représentation de petits pépins au fond du verre, pépins de citron ».

 

«  Ce dessin est une silhouette formée par une découpe de deux arbres et dans celle-ci, j’ai repris le principe des arbres à clous. Ces arbres se retrouvent alors remplis de grappes de tissu, en quelque sorte. De cette manière, j’ai repris les contours des tissus pour représenter tous ces chemins de couleurs, un peu comme des territoires. Ensuite, j’ai dessiné la marque des clous par les nombreux points noirs. Cette forme un peu complexe se retrouve alors comme un territoire de guérison », explique l’artiste.
Illustration rebouteux

[Extrait du texte de Victoria Boubolis] Ausein de celle-ci, nous pouvons observer trois dames, de nouveau dessinées de manière fine et délicate, en silhouette. S’inspirant du sous-titre « De mère en fille », l’artiste a représenté trois dames placées à la manière d’un arbre généalogique, faisant figurer la transmission d’un héritage familial. Si l’on observe les personnages de haut en bas, nous avons d’abord à gauche la grand-mère suivie de sa fille située à droite et au pied, se trouve Marie, sa petite-fille, témoin de cette partie de l’article. Si seules la grand-mère et Marie portent un panier à leur bras, c’est parce qu’elles ont toujours eu « le don et le goût de soigner », contrairement à la maman de Marie qui ne porte pas de panier dans l’illustration.

« Ce dessin, c’est notamment la représentation d’une cartographie, d’un plan », dit Eric Delayen.

Eric Delayen

Philippe Meurisse

Commentaires

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous utilisons Google Analytics

Veuillez confirmer, si vous acceptez le suivi par Google Analytics. Vous pouvez également refuser le suivi, de sorte que vous pouvez continuer à visiter notre site Web sans aucune donnée envoyée à Google Analytics.