Couverture dossier prison

Numéro 03

EDITO

Voilà déjà un an que 24h01 s’est lancé, avec beaucoup d’envie, dans un secteur en plein tourment. Un an, deux pays, trois numéros – zéro pub. Un lancement réussi à Paris et dans le nord de la France, où la culture belge a le vent en poupe. Des fêtes, des aventures, des encouragements : « Continuez, votre projet est unique ». Alors nous continuons en renforçant ce qui fait notre singularité, c’est-à-dire l’esprit belge en libre circulation dans un 200 pages au graphisme créatif.

« Où s’exprime-t-elle, cette belgitude ? », s’interrogent ceux qui nous découvrent. Elle s’invite dans nos rubriques aux allures décalées : c’est ainsi que notre courrier des lecteurs vient de se transformer en courrier des non-lecteurs. Elle passe par des formes d’expression plus audacieuses, comme notre entretien illustré (encore une nouveauté pour 24h01). Notre ADN se décline aussi à travers des sujets qui fleurent bon le plat pays : dans ce numéro, un reportage sur le catch en Belgique, une enquête sur le créationnisme enseigné à l’école, un portrait de l’ingénieur du son de Stromae – et tant d’autres. Elle se dissimule enfin dans le ton qui vise simplement, avec ouverture et un brin d’autodérision, à rendre compte de la diversité du monde.

Un monde bien présent, car 24h01, comme à chaque numéro, vous fait voyager. Vous découvrirez les tenants et aboutissants d’un projet minier controversé au Pérou, vous en apprendrez davantage dans notre portfolio sur le plus long mur du monde entre l’Inde et le Bangladesh. Vous vous sentirez emporté, dans les cases de notre BD, en Andalousie où les pêcheurs tentent de survivre malgré les directives européennes. Vous voyagerez près de Berlin, en Guyane française ou encore aux confins de la Pologne. De chez vous, vous serez partout.

Quant au dossier, il se consacre cette fois aux prisons. La Belgique a lancé un Master Plan qui dotera notre pays de nouveaux centres pénitentiaires. En s’intéressant aux réalités de ceux qui, d’une manière ou d’une autre, en Belgique ou à l’étranger, vivent la prison « un pied dedans, un pied dehors », 24h01 a décidé d’interroger le sens de la peine d’enfermement. Au lecteur de proposer ses propres réponses.

Si votre revue sort aujourd’hui son troisième opus et envisage le suivant, c’est grâce à tous ceux qui la soutiennent. Les libraires d’abord, nos partenaires privilégiés, qui dans leurs beaux rayons offrent à 24h01 une place de choix. Les lecteurs-distributeurs ensuite, véritables ambassadeurs qui évoquent autour d’eux un projet audacieux. Enfin vous, lecteurs, qui nous permettez d’exister : vous êtes la base de notre projet.

Avec ce numéro 03, le premier mook belge revendique plus que jamais son attachement à une information de qualité, libérée de toute publicité, moulée dans un format artistique et culotté qui espère surprendre à chacune de ses pages. Contre la morosité ambiante. Pour un journalisme debout.

Nathalie Cobbaut, Olivier Hauglustaine

et toute l’équipe de 24h01

Commentaires

commentaires